Le Praticien ?

Benoît Hulin - Praticien Shiatsu

Benoît Hulin

N° SIRET : 793 116 658 00014

Label B HULIN

Formations et diplômes :

– Diplôme de praticien Shiatsu (2010-2013): Formation de 3 ans au sein de l’École Angevine de Shiatsu (style Tokuda + approche Masunaga). École affiliée à la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel (FFST) et au Syndicat Professionnel de Shiatsu.

– Titre professionnel d’État de Spécialiste en Shiatsu (2016): reconnaissance de niveau III au RNCP (délivrée par le Syndicat professionnel de Shiatsu).

– Formation au Massage énergétique chinois (2014) auprès de Didier Abet, praticien professionnel depuis plus de 25 ans en massage énergétique chinois et drainage lymphatique.

– Formation certifiante à la thérapie manuelle globale et douce (2016-2019) auprès de Francis Bourgois, ostéopathe retraité, formateur depuis 1989.

– Diplôme de formateur pour adultes (DUFA): formation universitaire de 2 ans (2010-2012). Expérience en écoute active et neutralité bienveillante (Carl Rogers). Travaux sur le stress professionnel et les risques psychosociaux en entreprise.

– Pratiquant de Taïchi Chuan depuis 2005 (style Yang Jia Michuan et Chen). Séjour de 3 mois en Chine (auprès de Luo Mei Juan, disciple de Chen Zhenglei). Enseignant de Taiji Quan et Taïchi Yi Dao (pratique psycho-corporelle non sportive issue des bases de préparation du Taïchi Chuan et du Qi Gong).

– « École de la vie » : hasard de parcours, expériences, rencontres et partages dans le milieu de la santé et dans la démarche spirituelle (au sens de la connaissance de soi, hors de tout dogme).

Parcours personnel :

Après une ancienne vie professionnelle en bureau d’étude dans un grand groupe industriel automobile international, qui s’est soldée en 2008 par un burn-out (épuisement professionnel) aux conséquences sévères, j’ai dû tout remettre en question et plusieurs grandes décisions vitales sont tombées :

– Prendre soin de moi et apprendre à vivre avec les fragilités post-traumatiques du burn-out (fatigabilité excessive, crises d’angoisses, hypersensibilité, agoraphobie, claustrophobie, spasmophilie, troubles organiques, insomnies, dépression généralisée, perte de confiance, honte sociale… entre autres ! J’ai pu traverser cela et guérir bien de ces aspects depuis).

– Agir en accord avec mes valeurs (humanisme et écologie principalement) et entreprendre des activités qui correspondent à ces valeurs : prévenir le stress et la maladie, accompagner et aider les autres à trouver leur équilibre et du « mieux-être », communiquer, être vecteur de pratiques qui permettent à l’individu de se responsabiliser sur sa santé et ses interactions, et donc de régénérer son écosystème (interne et externe). Le tout en m’efforçant de conserver une intention de neutralité, de bienveillance et d’empathie.

Tout un programme en somme…

Adepte des arts martiaux (j’ai pratiqué respectivement le Taekwondo, le Kendo, le Kung-Fu (wushu), l’Aïkido et enfin le Taïchi Chuan), je suis – au terme de mon arrêt maladie de 1 an – parti en Chine pratiquer le Taïchi Chuan (style Chen, école Chen Zhenglei) de manière quotidienne durant 3 mois. Lors de mon séjour, j’ai pu entre autres pratiquer quotidiennement le Qi Gong (« gymnastique respiratoire chinoise » : la notion de Qi en chinois décrit l’idée « d’énergie/réaction vitale » ou de « souffle vital », qui circule dans les méridiens et points d’acupuncture, Gong signifie la pratique), à travers lequel j’ai développé des sensations physiques (dans les mains et le corps) plus poussées et plus concrètes que dans ma pratique du Qi Gong en France où l’idée de Qi était abordée de manière intellectuelle et fantasmée. L’évidence de l’expérience m’a décidé à approfondir la chose en m’orientant vers la médecine traditionnelle chinoise.

Taiji quan à Yangshuo Benoît Hulin

Dès lors, à mon retour en France, je me suis engagé dans une formation de praticien Shiatsu (le Shiatsu m’ayant accessoirement aidé à me remettre du burn-out), et ai choisi une école du style Tokuda (moine médecin Zen qui prône avant tout le « don de Soi » dans la pratique du Shiatsu) à travers laquelle je me suis formé à la pratique, aux théories de la Médecine Chinoise Traditionnelle ainsi qu’en anatomie/physiologie classique. Tout en démarrant en parallèle une formation universitaire de formateur d’adulte à travers laquelle je souhaitais notamment acquérir des compétences en communication, en écoute et en pédagogie.

J’ai également ouvert l’espace au niveau associatif en travaillant bénévolement en Centre Social, dans une association d’activités psycho-corporelles (yoga, Taïchi Chuan, Qi Gong, sophrologie…), à la Protection Civile notamment. J’ai également expérimenté divers groupes de paroles, soins et thérapies variées. De fait, j’ai aussi beaucoup lu et me suis documenté pour comprendre ce qui m’était arrivé avec le burn-out, et pour décrypter les mécanismes du stress en général.

Je suis intervenu durant un an et demi auprès de public handicapé psychique pour des cours d’initiation au Taïchi Chuan, expérience enrichissante et très concluante pour les résidents.

Au terme de mes formations ainsi que de mes expériences hors des sentiers battus, j’ai donc décidé de me lancer en tant que praticien Shiatsu professionnel en 2013. En parallèle, j’ai ouvert des cours non-sportifs de Taïchi tout public à proximité du Mans (Parigné-l’Evêque), où j’enseigne à partir du style Yang Jia Michuan (ayant réalisé que la complexité de l’art martial rebutait beaucoup de pratiquants venant avant tout pour du mieux-être). Plus tard, j’y ai ajouté le massage énergétique chinois auquel je me suis formé (2014) après en avoir expérimenté les bénéfices, ainsi que les soins pour animaux (expérience avec chevaux, chiens et chats), le Do In (pratique d’automassage, apprise durant ma formation de Shiatsu) et des ateliers en co-animation avec d’autres disciplines (yoga, théâtre…). J’interviens également lors de conférences sur le stress/burn-out, l’approche de la Médecine Chinoise et ai également animé des ateliers en entreprise dans le cadre de la prévention des RPS et TMS.

Aujourd’hui je propose cela tout en restant dans une démarche d’amélioration continue, de formation, de réseau et d’échanges de pratique avec d’autres collègues thérapeutes, avec le souci permanent d’être en mesure de répondre aux besoins des personnes qui viennent me consulter.

Chen zhangfeng